Mofa, mafa, natakan… ou matakam ?

Je verse

CHF 30
CHF 75
CHF 120
CHF .....
Cameroun

Mofa, mafa, natakan… ou matakam ?

Aimez-vous la sonorité de ces mots ? Vous rappelle-t-elle des souvenirs ? Ou éveille-t-elle en vous des envies de voyager, de découvrir des horizons lointains ? En fait, ces quatre mots sont autant de noms pour une seule la langue : la langue maternelle d’un demi-million de personnes qui vivent principalement dans le Nord du Cameroun.

Contacter

Dolly Clottu-Monod
dolly.clottu(at)la-bible.ch
+ 41 32 322 38 58

Les langues officielles dans ce pays d’Afrique centrale sont le français et l’anglais – mais on estime qu’actuellement 230 langues nationales sont parlées au Cameroun. Le mofa en est une, et elle est aussi connue sous les noms mafa, nalatan ou matakam. Les personnes qui ont le mofa pour langue de cœur sont prioritaires dans le programme des tâches de la Société biblique du Cameroun (SBC) : leur bible va être révisée !

Projet prioritaire

Trois facteurs ont joué un rôle important dans la décision de la SBC quant à savoir à quelle traduction ou à quelle révision consacrer les efforts principaux. Ce choix était nécessaire car les ressources manquent pour mener de front tous les projets.

1° La communauté mofa a envoyé une requête écrite à la SBC, indiquant avec précision leurs besoins et leurs vœux d’une révision de la traduction existante. Elle a en outre demandé que ce travail débute aussi vite que possible. Une visite dans les paroisses de langue mofa a convaincu le pasteur Luc Gnowa, secrétaire général de la SBC, de la nécessité de cette révision. Il fut très touché par la volonté des Mofas d’investir toute leur énergie et tous les moyens possibles pour soutenir les travaux de traduction.

2° Les Mofas sont majoritairement jeunes – plus de 60 % ont moins de 35 ans. Beaucoup vivent dans la pauvreté et leurs perspectives de vie dans leur patrie sont plutôt sombres. Peu ont achevé leur scolarité, bien que l’école soit obligatoire et gratuite au Cameroun. Dans les provinces du Nord, où vivent les Mofas, la fréquentation de l’école est moins assidue que dans d’autres régions. Il n’est dès lors pas étonnant que le pays compte près de 25 % d’analphabètes, un taux relativement haut malgré les efforts de l’Etat. Disposer de la Bible dans leur langue d’aujourd’hui aidera les Mofas à mieux comprendre leur histoire et leur culture. Cela pourra aussi en motiver certains à apprendre à lire et à écrire et ainsi à prendre en main leur avenir et augmenter leurs chances.

3° La version de la bible actuellement disponible date de 1977. Des missionnaires s’étaient mobilisés pour que cette première traduction en mofa se fasse. Mais vous le savez : une langue évolue, des mots disparaissent, d’autres s’ajoutent. Ce qui fait qu’une nouvelle traduction ou une révision de cette bible devient nécessaire et même urgente.

Chères amies, chers amis de la Bible,
vous l’avez lu, il y a plusieurs bonnes raisons de soutenir
le projet de révision de la Bible en mofa au Cameroun.
Nos frères et sœurs au Cameroun vous seront reconnaissants
pour votre soutien, petit ou grand.
Je vous remercie du fond du cœur pour votre solidarité, vos dons et vos prières !

Voici par exemple quelle aide vous pouvez apporter :
Versez
CHF 30
… et permettez p. ex. l’organisation de séminaires dans les paroisses pour présenter, avec des exemples actuels, les progrès de la nouvelle traduction.
Versez
CHF 75
… et financez la production de petits livres pour enfants avec des histoires bibliques déjà traduites.
Versez
CHF 120
… et contribuez à la rémunération de l’équipe de traducteurs qui travaille à la révision de la Bible en mofa.

Chaque aide est la bienvenue ! C'est pourquoi nous vous sommes reconnaissants de soutenir le travail de la Société biblique du Cameroun par vos dons et par vos prières.