Les livres deutérocanoniques (ou apocryphes)

La Bible sur votre téléphone

Bible LSF

"Perles" invite à découvrir la Bible d'une manière systématique en lisant chaque jour un passage de quelques minutes. La Société biblique suisse offre gratuitement cette application pour téléphones portables et autres appareils mobiles sur les plateformes de téléchargement d'Apple, Android et Windows Phone.

Les livres deutérocanoniques (ou apocryphes)

De nombreuses éditions de la Bible contiennent une série d'écrits datant des trois derniers siècles avant la naissance du Christ. En effet, au 1er siècle de notre ère, il n'existait encore aucune liste officielle des livres saints acceptés par tous les juifs, qu'ils soient à Jérusalem ou à Alexandrie. C'est seulement après la ruine de Jérusalem (en 70 ap. J.-C.) que, réagissant contre toute influence étrangère, les érudits pharisiens réunis à Jamnia ont écarté tous les écrits non rédigés en hébreu, et ont dressé (vers 90 ap. J.-C.) une liste des livres qu'ils acceptaient comme inspirés et normatifs, c'est-à-dire comme "canoniques". Les juifs d'Alexandrie par contre avaient accueilli des livres rédigés en grec – par exemple la Sagesse – ou des livres dont l'original hébreu s'était perdu – le Siracide. Ces livres sont contenus dans la version grecque de l'Ancien Testament, appelée la Septante (datant d'environ 200 av. J.-C.), qui présente donc un "canon" plus large. Les premiers chrétiens et l'Eglise naissante se sont conformés à l'usage qui prévalait dans le pays où ils étaient implantés, si bien que cette différence de canon s'est perpétuée jusqu'à nos jours.

Ces livres discutés font partie intégrante de la Bible pour les catholiques, qui les appellent "deutérocanoniques". Les protestants, par contre, à la suite des réformateurs du 16e siècle, estiment qu'ils ne sont pas inspirés au même titre que les autres écrits canoniques et les appellent "apocryphes". Dans les éditions interconfessionnelles de la Bible, ils sont regroupés dans une section à part, entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Ces livres constituent en tout cas d'importants témoignages permettant de mieux comprendre la situation du judaïsme au moment de l'arrivée de Jésus.

Parmi les deutérocanoniques se trouvent des livres historiques comme Tobit, Judith et les livres des Maccabées. Tobit relate l'histoire dramatique d'une famille aux alentours de la fin du royaume du Nord d'Israël. Judith rend hommage à une veuve dont la confiance en Dieu et le courage ont préservé Israël de l'anéantissement imminent. Les livres des Maccabées retracent les événements survenus lors de la révolte des Maccabées.

Le livre de la Sagesse et le Siracide appartiennent à la littérature de sagesse. Des suppléments grecs aux livres d'Esther et de Daniel appartiennent aussi aux livres deutérocanoniques. Le livre de Baruc et la lettre de Jérémie enfin se situent dans la tradition des prophètes.