Le nouveau "Notre Père"

Le nouveau "Notre Père"

Le sermon sur la montagne, au cours
duquel Jésus à transmis le "Notre Père"
Carl Bloch, huile sur cuivre, 1977

A Pâques, les Églises chrétiennes de Suisse romande introduiront une modification dans la traduction de la prière "Notre Père". Le Réseau évangélique suisse, la Conférence des ordinaires romands et la Conférence des Églises réformées de Suisse romande ont édité un papillon avec le nouveau texte officiel du Notre Père et quelques réflexions théologiques.

La nouvelle traduction "Ne nous laisse pas entrer en tentation" remplace l’ancienne formulation qui était controversée : "Ne nous soumets pas à la tentation". Le verbe grec utilisé dans cette demande signifie littéralement "faire entrer dans". Précédé d’une négation, il peut s’entendre d’une double façon. Soit "ne nous introduis pas dans la tentation", soit "fais que nous n’entrions pas dans la tentation". Cette ambiguïté est maintenue dans la nouvelle version.

De quelle tentation est-il question dans cette demande ? Il ne s’agit pas de la grande tentation surgissant à la fin des temps, mais de la tentation dans la vie présente et quotidienne. Par tentation, il faut entendre toute situation derrière laquelle se tient la puissance du mal et dont on espère être préservé, car elle pourrait conduire à la mise en cause de la foi, en d’autres termes, à renier Dieu. La tentation n’est pas le mal, mais l’occasion d’y succomber.

Téléchargez ici le papillon !