694 langues

— La Bible complète existe en 694 langues

Désormais, on peut lire la Bible complète dans 694 langues, selon le Rapport 2019 sur l’accès aux Écritures dans le monde, publié par l’Alliance biblique universelle (ABU) – le réseau mondial de Sociétés bibliques opérant dans plus de 240 pays et territoires. Ainsi, environ 5,7 milliards de personnes ont accès aux Écritures dans leur langue maternelle. 1542 langues disposent dorénavant du Nouveau Testament, et 1159 de livrets contenant une portion plus réduite des Écritures. Cela signifie qu’il existe au moins un livre biblique dans 3395 langues, ce qui correspond à une augmentation de 33 langues par rapport à l’année précédente. Les Sociétés bibliques estiment qu’environ 7359 langues sont utilisées dans le monde. Parmi elles, 245 sont des langues des signes pour les personnes sourdes. Actuellement, 3964 langues ne disposent d’aucun livre de la Bible.

« Au cours des cinq dernières années, 1,7 milliard de personnes ont reçu l’accès aux Écritures dans leur langue maternelle. Nous le devons à la générosité de donatrices et donateurs du monde entier et au dévouement des traducteurs de la Bible, dont beaucoup travaillent dans des circonstances très difficiles », a déclaré Michael Perreau, directeur général de l’ABU. « Mais ce qui nous passionne et nous motive avant tout, c’est la façon dont Dieu va utiliser sa Parole pour transformer la vie d’individus, d’Églises et de communautés entières. »

En 2019, l’Alliance des Sociétés bibliques a publié des éditions de la Bible, du Nouveau Testament et d’autres produits bibliques moins volumineux dans 90 langues. Des primo-traductions ont été publiées dans 50 langues, représentant 29 millions de nouveaux lecteurs potentiels. Parmi elles, 6 langues utilisées par 4,2 millions de personnes ont reçu la Bible intégrale pour la première fois. L’une de ces langues était l’ellomwe, parlé par près de 2,3 millions de personnes au Malawi. Une autre est le cho chin, parlé par environ 15’000 habitant du Myanmar.

Combien de personnes peuvent lire la Bible dans leur langue maternelle ?

On estime qu’avec les 694 langues dans lesquelles existe la Bible intégrale (Ancien et Nouveau Testament), environ 79 % de la population mondiale est touchée. Ces chiffres sont basés sur les données de www.ethnolongue.com, la source la plus fiable pour le nombre de locuteurs des langues du monde. Toutefois, ce site Web table sur une population mondiale de 7,2 milliards d’habitants, ce qui ne correspond pas au total atteint le 31.12.2010 (7,7 milliards). Cependant, on peut supposer que les locuteurs non enregistrés sont répartis entre les différentes langues, de telle sorte que les pourcentages peuvent être considérés comme corrects.

Que la Bible intégrale soit accessible à 79 % de la population mondiale est un succès réjouissant. Toutefois, il reste encore beaucoup à faire en matière de traduction biblique : environ 11 % de nos contemporains ne disposent que du Nouveau Testament et encore 6.4 % ne disposent que de livres isolés de la Bible. Environ 3.6 % de tous les êtres humains ne peuvent ni lire ni écouter le moindre texte biblique.

Selon les estimations, sur les 7,7 milliards de personnes vivant dans le monde, 21 % ne disposent pas de la Bible intégrale dans leur langue maternelle, ce qui représente environ 1,6 milliard de personnes. D’ici 2038, les Sociétés bibliques se sont donné l’objectif ambitieux de produire 120  traductions. A ce jour, 277 chantiers de traduction sont en cours. Une présentation incorrecte des chiffres de 2018 a une incidence sur les résultats de 2019 : le nombre des traductions du Nouveau Testament est plus bas par rapport à l’année précédente et les traductions de la Bible complète n’augmentent que de deux langues. Les chiffres sont collectés par diverses organisations. Selon l’ABU, il s’est avéré par la suite que des traductions avaient été considérées comme achevées trop tôt.

Les langues évoluent avec le temps et les jeunes générations ont parfois beaucoup de mal à comprendre les traductions anciennes des Écritures. C’est pourquoi un autre volet important du travail des Sociétés bibliques consiste à réviser les traductions existantes ou à produire des traductions complètement nouvelles dans certaines langues qui disposent déjà des Écritures. En 2019, les Sociétés bibliques ont ainsi publié de nouvelles traductions ou des révisions dans 40 langues utilisées par 588 millions de personnes. Parmi ces éditions, se trouve la Nouvelle Français courant, révision d’une Bible bien connue en Suisse romande, ainsi qu’un Nouveau Testament en farsi, langue parlée en Iran.

11 langues des signes, utilisées par environ 2,8 millions de personnes sourdes, ont reçu des livres des Écritures. D’autres traductions en cours 70 millions de sourds et malentendants dans le monde devraient recevoir un accès aux textes bibliques.

Les Sociétés bibliques en Allemagne, en Inde et au Japon ont produit leurs tout premiers livres ou de nouveaux livres des Écritures en braille, permettant aux personnes ayant une déficience visuelle d’accéder aux Écritures. La Bible de Luther 2017 a été entièrement mise au format DAISY (Digital Accessible Information System), qui permet d’entendre la version audio ou de lire la Bible en braille à l’aide d’un display spécial. « Il est indispensable de publier la Bible dans un format accessible car la Bible est pour tous », a déclaré Ingrid Felber-Bischof, chargée de la coordination du ministère braille mondial à l’ABU.

Sans l’engagement de donatrices et donateurs, les projets de traduction biblique ne verraient jamais le jour. Grâce à leur soutien, ce travail peut se poursuivre en Suisse et dans le monde.

La Société biblique suisse est membre de l’Alliance biblique universelle (ABU), la plus grande agence de traduction du monde. L’ABU rassemble 150 Sociétés bibliques actives dans plus de 140 pays et territoires. Leurs activités sont la traduction, la publication et la distribution des Écritures saintes. Trois quarts des bibles intégrales (Ancien et Nouveau Testament) traduites dans le monde l’ont été par l’ABU. Les règles suivantes sont appliquées : un projet n’est lancé qu’à la demande expresse les destinataires de la traduction. Les textes originaux forment toujours la base de la traduction. Des personnes de langue maternelle bénéficiant d’une formation veillent à une bonne correspondance du texte final. Il faut compter quelque mois pour traduire un livre de la Bible et une douzaine d’années pour la Bible intégrale.

Cliquez ici pour télécharger le Rapport 2019 sur l’accès aux Écritures dans le monde.

Source : Alliance biblique universelle et Société biblique allemande